CENTRAL AFRICAN STATES DEVELOPMENT BANK

There are 31 results.

Réhabilitation des infrastructures de l’aéroport international Hassan Djamous de N’Djaména

Le projet vise à augmenter la capacité d’accueil de l’Aéroport de N’Djamena afin de :(i) faire face à la croissance soutenue des trafics enregistrés au cours des dix dernières années et (ii) offrir un cadre décent aux voyageurs, la population tchadienne dans son ensemble, les compagnies aériennes ainsi que l’ensemble des intervenants dans les domaines auxiliaires au transport aérien pour les emplois directs et indirects. Sur le plan sectoriel, ce projet de réhabilitation des infrastructures de l’Aéroport International Hassan DJAMOUS de N’Djamena s’inscrit dans la poursuite de la mise en place des infrastructures essentielles pour le développement socio-économique du Tchad

Projet de construction du Complexe laitier de Mandalia

Le projet consiste en la construction à Mandalia, d’un complexe laitier et de trois (3) fermes multifonctionnelles, dans quatre (4) sites distincts en République du Tchad (Mandalia, Mara, Tilo, Miandoum), avec une capacité de production journalière de 65 000 litres de lait par jour. Ces différentes unités de production fourniront, en plus des produits laitiers, des œufs, du poulet de chair, des légumes, des céréales et des fruits, à toute la population tchadienne. Sur le plan sectoriel, le projet permettra de répondre à une demande sans cesse croissante de produits laitiers.

Construction complexe cimentier intégré d’Akoga en Guinée Equatoriale

Le projet a pour objet la construction d’un complexe cimentier à AKOGA, en Guinée Equatoriale. La société ABAYAK se propose de construire un complexe cimentier intégré comprenant la construction et l’exploitation d’une usine de production de clinker et d’une usine de ciment d’une capacité de totale de 1.060.000 tonnes par an extensible. Le projet s’inscrit dans le cadre des programmes économiques à fort impact du pays, dont la réalisation vise à concrétiser l’ambition des plus hautes autorités de diversifier le tissu économique. La construction du complexe cimentier intégré d’Akoga répond à la préoccupation constante des Autorités Equatoguinéenes, des entreprises et des ménages de disposer du ciment en quantité suffisante et à moindre coût. Ce projet devrait donc permettre stimuler la consommation locale et les activités d’investissement tout en améliorant la balance commerciale du pays.

Projet de Reconstruction Economique et Sociale en milieu Urbain (PRESU)

Le présent projet vise deux principaux objectifs : (i) favoriser la reconstruction économique des ménages selon l’approche de Travaux à Haute Intensité de Main d’œuvre dénommée « THIMO Bangui» et (ii) et améliorer la cohésion sociale et l’environnement urbain des quartiers défavorisés de Bangui. Le projet aura un fort impact social, il contribuera notamment à: - l’amélioration de la situation économique et sociale des ménages, - l’amélioration de l’environnement urbain et l’accès aux services de base, - la réduction des risques d’inondations et sanitaires liés aux maladies hydriques et - au renforcement de la cohésion sociale et institutionnelle dans la ville de Bangui et la reprise des activités socioéconomiques

Construction et d’exploitation d’une centrale hydroélectrique de 200 MW en Guinée Equatoriale

Le projet porte sur la construction et l’exploitation d’une centrale hydroélectrique de 200 MW à Sendje, pour alimenter la partie continentale du pays d’une énergie électrique propre et durable. Sur le plan sectoriel, le projet consiste à prévenir les besoins en électricité propre et durable pour les Plans Stratégiques d’extension de la ville de Bata, des villes provinciales du Gouvernement et la participation de la Guinée Equatoriale dans la mise en œuvre des projets intégrateurs en matière d’interconnexion électrique relatif aux objectifs du Pool Energétique d’Afrique Centrale (PEAC).

Projet de construction d'un nouveau terminal à passagers à l'aéroport de Bata

Le projet porte sur la construction du nouveau terminal à passagers à l’aéroport de Bata. Il est promu par le Gouvernement qui en fait une priorité dans le cadre de sa politique d’aménagement du territoire et de réorganisation de son transport aérien. La mise en œuvre de ce projet, qui vise à créer à Bata un deuxième grand pôle de développement de l’activité aéroportuaire dans le pays, pourrait grandement tirer profit du contexte actuel de lancement d’un espace aérien unique africain. Avec son apport dans le désenclavement territorial, la création d’emplois et l’essor du commerce, le transport aérien est actuellement au cœur des enjeux de développement local et international. Cependant, la Guinée Equatoriale reste relativement en marge du trafic aérien mondial : les trajets coûtent cher et les vols vers les autres destinations africaines sont restreints. Le projet s’insère bien dans la politique du Gouvernement qui consiste à développer des infrastructures de transport indispensables à l’essor d’une économie progressivement diversifiée et répartie de façon optimale sur l’ensemble du territoire. Il est également aligné avec les objectifs stratégiques de la Banque sur la période 2017-2022. L’objectif sectoriel du projet est d’augmenter la capacité d’accueil de l’aérogare de Bata et d’améliorer le niveau de service offert aux usagers. Plus spécifiquement, le projet vise à : (i) accroître la capacité d’accueil de l’aérogare de Bata à 1.000.000 passagers/an à l’horizon 2022 ; (ii) fournir des infrastructures au sol permettant le traitement des aéronefs gros porteurs type A380 et B747 ; et (iii) réduire les temps d’attente des passagers (enregistrement, formalités d’immigration, retrait des bagages).

Projet de sécurisation de l’Aéroport International de Bangui M’Poko

La contribution de la BDEAC pour la réalisation de ce projet s’élève à 3 milliards de FCFA, accordés à l’Etat centrafricain sous forme de don. Cette subvention sert à la construction de la barrière de l’aéroport sur un linéaire de 12 kilomètres, ainsi que des guérites et des miradors qui lui sont associés. Plusieurs effets positifs seront enregistrés à l’issue de la réalisation de ces travaux notamment : l’amélioration de la sûreté des vols au niveau de l’aéroport qui aura pour effet induit d’attirer des investisseurs étrangers en République Centrafricaine.

Technosial Congo

Le projet de construction d’une usine de stockage, de mixage et de distribution des produits chimiques à Pointe-Noire a été identifié par la Banque, par saisine du Président Directeur Général de la société Technosial-Congo en date du 18 octobre 2013. En effet, les sociétés pétrolières utilisent des produits chimiques pour maximiser leur production, nettoyer leurs installations et enfin réduire la pollution. Or à ce jour, aucune société basée en République du Congo ne stocke ces produits. Ils sont tous importés d’Europe, des Etats-Unis et d’Asie. Les importations de ces produits chimiques causent d’énormes problèmes d’approvisionnement aux sociétés pétrolières, avec des délais de plus en plus longs, impactant négativement leur production. Partant de ce constat et de l’opportunité qu’offre la mise en place du programme dit « local content » qui encourage la participation des nationaux aux activités de production pétrolière, Technosial-France dans le but de développer ses activités au Congo et dans la sous-région a jugé opportun d’affecter toutes ses activités produits chimiques à Technosial-Congo. La note circulaire N°01272/MHC/MTSS/CAB du 07 juillet 2014 élaborée conjointement par le Ministère des Hydrocarbures et celui du Travail et de la Sécurité Sociale confirme cet engagement en rappelant aux entreprises des secteurs pétroliers que l’attribution et l’exécution des marchés de sous-traitance et de prestations de services dans le secteur pétrolier doivent être faites dans la stricte observation des prescriptions législatives et réglementaires suivantes : - la priorité d’embauche des nationaux ainsi que leur formation ; - la priorité, pour la réalisation des travaux pétroliers, aux fournitures et services des sociétés de droit congolais ; - la participation des nationaux au capital social des sociétés de sous-traitance pétrolière et de prestations de services ; - la réservation d’une part conséquente des marchés de sous-traitance et des prestations de services aux entreprises promues par les nationaux ; Cette note circulaire cadre bien avec l’initiative de la société Technosial-Congo qui envisage recruter principalement la main d’œuvre locale. De plus, ses associés sont tous congolais. Le projet a pour objet la construction d’une usine de stockage, de mixage et de distribution de produits chimiques à Pointe-Noire sur un terrain de 5.000 m2 situé à Djéno (Pointe-Noire).

Ben'tsi Immo

Le projet de construction du complexe immobilier Edith Lucie Bongo (ELBO) à Brazzaville au Congo, a été identifié à la suite d’une requête de financement adressée le 29 mars 2011 à la Banque par la promotrice principale. Ce projet est promu par BEN’TSI IMMO SCI, appartenant à parts égales à mesdames Julienne JOHNSON et Ninèle NGOUOELONDELE, toutes de nationalité Congolaise. Le projet porte sur l’édification d’un complexe immobilier de neuf étages, sur une superficie de 1 080 m2, dans la rue Faidherbe au bord du fleuve Congo à Brazzaville, sis derrière le nouveau siège MTN Congo au Centre-ville. Il vise à offrir des espaces locatifs pour des boutiques, commerces, bureaux, salles de réunion et appartements de haut standing à une clientèle diversifiée et exigeante, comblant ainsi partiellement les déficits relevés dans ce secteur.

La Fermière

Le projet de création d’un complexe agropastoral à Mouyondzi (République du Congo) a été identifié le 29 novembre 2010 à travers une saisine directe de la société promotrice de ce projet « LA FERMIERE SARL ». Une société de droit Congolais au capital social de FCFA 300 millions. Cette créée le 02/11/2010, elle a pour objectif principal la valorisation de la production agricole et animale dans le Département de la BOUENZA au Congo et plus concrètement dans le district de MOUYONDZI, une localité située au centre du département, à 280 km de Brazzaville et à 300 km de Pointe-Noire. L’activité principale de la population est l’agriculture. Ce projet rentre dans le cadre de la mise en place d’un programme ambitieux de développement du district afin de capitaliser ses deux principaux atouts à savoir : (i) un environnement naturel favorable au développement de l’agriculture ; et (ii) une population jeune capable de se fédérer autour des actions de développement local intégré. Les investissements prévus dans le cadre du projet devraient permettre : ◾la mise en valeur de 500 hectares de terrain par an pour la culture du mais, le manioc, l’arachide, l’haricot, le soja, et le poids d’angole; ◾la mise en valeur de 500 hectares de terrain par an pour la culture du mais, le manioc, l’arachide, l’haricot, le soja, et le poids d’angole; ◾la construction d’une ferme avicole capable de produire 240.000 poulets de chair par an en bandes successives et l’élevage de 40.000 poules pondeuses en vue de produire 10.0100.000 œufs de table par an ; ◾l’installation d’une unité de fabrique de l’aliment de bétail destiné à la consommation dans la ferme avicole.
Office documents
Multimedia
Miscellaneous

Search the contents using title or abstract fields available in the selected languages